Espace pilote

Voler ... enfin !

Cette rubrique à pour but d’aider les pilotes dans leur pratique quotidienne : vérifier les documents obligatoires – du pilote et de la machine, constituer le dossier météo, consulter les cartes, déposer un plan de vol, effectuer prévol et check, être autorisé à l’emport de passager, renseigner le carnet de route et le REX.
Et aussi savoir où se former et se perfectionner … Bon vol

Les sites internet de référence

Les NOTAM
Les cartes VAC
L’activité des Zones basses altitudes

Météo France

Consulter la météo

avant chaque 

décollage

Sofia

Briefing

Préparer

son plan de vol

dgac

Se tenir au fait

des nouvelles

réglementations

Vol conditions

Licence valide : pour être valide la licence doit être accompagnée d’un certificat médical et de la qualification de type.

La visite médicale en vue de l’obtention d’un certificat de classe 2 doit être effectuée par un médecin agréé aéronautique. Le certificat médical a une validité de 5 ans pour les moins de 40 ans, de 2 ans pour les 40 à moins de 50 ans et de :

– 1 an au-delà de 50 ans (PPLH)

– 2 ans au-delà de 50 ans (LAPLH)

Les qualifications de type doivent être prorogées chaque année à la DGAC. Si la date de prorogation est dépassée, il s’agit alors d’un renouvellement.

Assurance : vous pouvez souscrire une assurance individuelle accident, ce n’est pas obligatoire mais conseillé. La RC de la machine couvre les passagers, mais ne couvre pas le Commandant de bord.

– En cas de posé en dehors d’un aérodrome, contacter par mail ou téléphone la PAF concernée.

Pièce d’identité en cours de validité

Une évaluation personnelle de sa capacité à voler est indispensable. Les facteurs humains sont la principale cause d’incident et d’accident aéronautiques. Il faudra tout particulièrement estimer :

– Forme physique et mentale (alcool, médicaments, …)

– Compétence suffisante pour le vol envisagé

– Conditions d’entraînement suffisante

– Conditions requises pour l’emport de passagers

– Conditions météorologiques compatibles avec les minima personnels que le pilote s’est fixé et pour lesquels il s’est entraîné.

Si elle est sous le régime du CDN, elle doit être à jour de ses entretiens périodiques.

Documents obligatoires à bord pour tous vols :
– Certificat d’immatriculation (CI) ou équivalent
– Certificat de navigabilité (CDN), vérifier la date de validité
– Certificat de limitation de nuisance
– Licence de station d’aéronef (LSA)
– Fiche de pesée
– Liste Minimum d’Equipements (LME)
– Procédures et informations relatives en cas d’interception
– Manuel de vol
– Plan de vol (si établi)
– Attestation d’assurance aéronef (attention à la couverture RC demandée pour certains pays : elle peut être supérieure à celle demandée en France)
Carnet de route

NB – le carnet de route est à remplir après chaque vol. Les heures de départ et d’arrivée sont en heures UTC.

La quasi-totalité des vols en hélicoptères dans nos Organismes est réalisée en VFR, ce qui implique une bonne visibilité, un plafond suffisant au regard des minimas imposés.

Une bonne connaissance des conditions météorologiques prévues sur la totalité de son vol est un élément essentiel de la sécurité de ce vol, notamment :

  • La visibilité
  • La base des nuages
  • La nébulosité
  • Le vent
  • Les précipitations

Plusieurs outils sont à votre disposition pour obtenir les informations météorologiques indispensables avant un vol :
Sur le Web : Site Météo France
Pour obtenir, sur l’itinéraire de votre choix, les TAF, METAR, SPECI et SIGMET, la carte TEMSI France ou Euroc, les cartes des vents …
Ce site est aussi accessible via le site OLIVIA et AEROWEB (SOFIA en cours)

Certains aérodromes sont dotés d’un ATIS (service automatique d’information de région terminale) (voir carte VAC).

Vol avant

Étape indispensable du vol à venir, la préparation du vol se déroule en deux temps :

Phase 1

Cette phase peut se dérouler au domicile ou dans les locaux de l’organisme. Elle consiste à vérifier la validité des documents du pilote, à faire une évaluation personnel et à constituer le dossier météo (abordé dans “Vol conditions”).

Réglementairement, vous devez volez avec une documentation à jour. Vérifiez avant chaque vol les cartes aéronautiques, les cartes VAC des aérodromes, les NOTAM, les SUP AIP, l’activité des AZBA relatifs à votre vol prévu.

Ne pas oublier d’embarquer la carte (les cartes) OACI au 1/500000 et les cartes VAC des aérodromes de départ, de transit, d’arrivée et d’environnement (déroutements possibles).

Beaucoup sont éditée par le SIA (Service de l’Information Aéronautique), qui est un service de la DGAC, sur lequel toute la documentation d’information réglementaire mise à jour est consultable en ligne. Vous avez à votre disposition dans le commerce des cartes comportant outre les informations géographiques, toutes les informations nécessaires pour le vol à vue (V.F.R.). Editions en général mises à jour chaque printemps, elles existent pour certaines en version CD rom également. Il existe de nombreuses boutiques en ligne sur lesquelles vous pouvez vous les procurer.

Cartes de navigation au 1/500 000
Les cartes OACI IGN/SIA couvrent l’espace aérien français du sol à 5 000 ft AMSL ou 2 000 ft ASFC (le plus haut des deux niveaux) sur 4 cartes (NE, NO, SE et SO) Elles sont réalisées par l’I.G.N. en collaboration avec le Service de l’Information Aéronautique (S.I.A.).

Cartes de navigation au 1/1000 000
Pour la pratique de la radionavigation, (notamment pour les vols au-dessus de 5 000 ft, en complément des cartes IGN-OACI au 1/500 000e.), le SIA édite des cartes aéronautiques de la France sud et nord 1/1 000 000e, avec carte du Réseau Très Basse Altitude, et le complément aux cartes aéronautiques (qui liste les modalités d’activité de chaque zone…)

Cartes de navigation au 1/250 000
Pour certaines région à forte densité de zones, il existe des carte à plus petite échelle : Région parisienne, Lyon-vallée du Rhône, Nice Côte d’Azur, et Marseille delta du Rhône , édités par le SIA.

Cartes spéciales hélico : Il existe une carte des itinéraires pour hélicoptères en région, parisienne destinés au hélicoptères évoluant en régime de vol à vue à l’intérieur de la C.T.R. PARIS 2 et 3

Cartes VAC d’ aérodromes et d’approches
Les cartes VAC sont consultables sur le site du SIA.
Un nouveau site du SIA est en cours de finalisation SOFIA VAC

Consultables sur le site du SIA.
N’oubliez pas non plus de consulter les horaires et conditions d’activation du réseau d’entraînement Basse Altitude de l’Armée (AZBA) si vous projetez de traverser l’une de ces zones (info sur site SIA)

Ne pas oublier de les consulter sur le site SIA par exemple : ce sont des sortes de « Notam régionaux », qui peuvent annoncer par exemple des créations de zones temporaires comme pour les exercices militaires, des cérémonies officielles…

Si vous envisagez

  • un survol maritime
  • le survol de régions dites “inhospitalières”
  • un passage de frontière (attention, les accords de Schengen ne dispensent que des procédures de Douanes)
  • un vol de nuit ou encore un vol IFR (si vous êtes qualifié)

vous devez déposer un plan de vol (FPL).

Le but principal (mais pas unique) du FPL en VFR est l’alerte :
Dans ce cadre, le nombre de personnes à bord est une information importante pour les secours,
Un conseil : pensez à mettre dans la case observation votre numéro de téléphone portable si vous en emmenez un, cela peut éviter le déclenchement de l’alerte en cas d’oubli de clôture de FPL, ou de bug dans la transmission de l’info de clôture

Pour déposer un FPL, vous pouvez :
Le téléphoner ou le faxer au BRIA de rattachement votre terrain de départ.
Ou utiliser OLIVIA (internet)
Le délai de dépôt est de 30mn avant l’heure estimée du départ.

Activation du FPL
Un plan de vol doit être activé au départ, soit avec l’organisme du terrain de départ, soit avec un autre organisme ou le BRIA de rattachement, en fréquence ou par téléphone.
L’heure prise en compte pour calculer vos estimées est celle de votre départ effectif.
Une heure après l’heure estimée de départ, le plan de vol non activé devra être refait.

Attention à la clôture du plan de vol ! A faire impérativement à l’arrivée. Par radio dans le cas d’un aérodrome contrôlé ou AFIS, ou juste avant d’atterrir, avec un organisme de la circulation aérienne, ou bien après l’atterrissage en appelant le BRIA de rattachement. Par ailleurs, si vous constatez que vous aurez un retard à l’arrivée, pensez à le signaler en fréquence à un organisme de la circulation aérienne.

Phase 2

Cette phase se déroule dans les locaux de l’organisme. Elle consiste à vérifier l’existence et la validité des documents de la machine et en fonction de l’hélicoptère utilisé de faire le devis du carburant et le devis de masse et centrage.

Calcul du carburant

  • temps de vol estimé
  • effet du vent
  • temps d’attente au départ et à l’arrivée
  • réserve de route si déroutement
  • réserve finale (30 mn de jour ou 45 mn de nuit)

Masse et centrage

  • Masse à vide (pesée)
  • Carburant selon calcul précédent
  • Passagers (poids selon emplacement)
  • Bagages

Le calcul masse et centrage permet de définir la masse au décollage ainsi que la position du centrage de la machine. Il faudra effectuer ces mêmes calculs pour l’atterrissage.

La masse obtenue ne peut excéder la masse max du constructeur (basé au niveau de la mer, température tempérée et décollage de précaution).

En altitude, par forte chaleur et en décollages obliques ou verticaux la puissance nécessaire est plus importante et donc la masse max plus faible.

Le centrage avant ou arrière de la machine ne peut dépasser une certaine valeur faute de quoi les commandes deviennent inopérantes. En résumé, la quantité de carburant emportée, le poids et l’emplacement des passagers, les conditions de vols, le posé en zone exiguë (décollages obliques ou verticaux) déterminent les possibilités et les conditions réelles du vol envisagé.

Attention à la panne sèche !

Vol

Prévol

Selon des listes établies par les constructeurs, il s’agit de déceler toutes anomalies sur la structure, les éléments mécaniques, électriques, fuites … de l’hélicoptère avant la mise en route.

Vérification également du bon verrouillage des capots, coffres, portes …

Cette opération doit être répétée avant chaque décollage, une anomalie ayant pu intervenir lors du vol précédent.

Si la personne installée en place gauche n’est pas compétente en pilotage, les doubles commandes doivent impérativement être démontées.

Check

Chaque hélicoptère doit posséder sa propre check-list.

Son déroulé complet est obligatoire au moment de chaque mise en route.

Il est également important de vérifier qu’aucun objet n’est en mesure de gêner le bon fonctionnement des commandes, notamment lors d’emport de passagers.

Emport de passager

L’emport de passagers dans le cadre d’un vol privé n’est possible que si le pilote a effectué au moins 3 décollages et 3 atterrissages en tant que Commandant de bord dans les 3 derniers mois précédant le vol concerné. Ce vol est soit gratuit, soit à frais partagé. Un briefing des passagers doit être réalisé par le commandant de bord, notamment informer les passagers de stopper toute conversation lorsque le pilote communique avec l’extérieur.

L’emport de passager dans le cadre de vol de découverte n’est possible que si le pilote totalise plus de 200 heures de vol depuis l’obtention de sa licence et s’il a effectué au moins 25 heures de vol sur le même type d’hélicoptère dans les 12 mois précédent le vol concerné.
Le nombre de passagers admis dans un vol de découverte est limité à 2.

 

Attention : dans le cadre d’emport de passagers, vérifiez au préalable les clauses du contrat d’assurance de l’hélicoptère utilisé.

Se Former - Se Perfectionner

Pour obtenir sa licence de pilote privé (PPL ou LAPL), une ou plusieurs qualifications de type, une qualification de vol de nuit, pour suivre une formation complémentaire aux zones exigües, mais également pour s’entraîner, maintenir et développer ses compétences.

Vol de nuit

Le vol VFR de nuit nécessite une qualification vol de nuit. Ne s’agissant pas de vol IFR, le vol de nuit n’est possible que sur des terrains ouverts la nuit.

Zones exiguës

Le posé hors aérodromes implique que le pilote possède une carte d’hélisurface délivrée par sa préfecture, carte renouvelable. La préfecture ne peut accéder à une demande de carte d’hélisurface que si le pilote a suivi une formation complémentaire en zones exiguës (attestation de l’Organisme) et qu’il totalise au moins 70 heures de vol (y compris la durée de la formation). Formation : 5 heures Tout posé hors aérodrome nécessite une autorisation écrite du propriétaire du terrain et une déclaration à la PAF du site concerné.

Vol montagne

Le vol montagne ne requiert aucune qualification spécifique. Néanmoins cette pratique est très différente du vol en plaine. Un stage montagne est plus que conseillé, non seulement pour les pratiquants du vol montagne, mais également pour ceux qui sont amenés à survoler une zone montagne pour se rendre en Italie, en Espagne … Un posé d’urgence peut être nécessaire en montagne.

Les Organismes affiliés à la FFH sont disponibles pour répondre à toutes vos demandes.

Assurances

En tant qu’adhérent à la FFH vous disposez automatiquement d’une garantie protection juridique et de la possibilité de souscrire une assurance individuelle accident. 

Si vous avez souscrit une Individuelle Accident, vous bénéficiez également d’une garantie assistance rapatriement.

 

RAPPEL : La RC des machines ne couvre que les passagers. Le Commandant de bord doit souscrire une Assurance Individuelle Accident, non obligatoire, pour se protéger.

Garantie Protection Juridique

  • Si vous faites l’objet d’une poursuite abusive
  • Si, à l’inverse, vous êtes victime d’un préjudice, vous pouvez bénéficier de l’assistance juridique dès l’instant que vous êtes à jour de votre licence fédérale et que vous avez souscrit l’IA.

Elle intervient à 3 niveaux :

  • Assistance téléphonique – réponses aux questions d’ordre juridique
  • Assistance juridique amiable : conseils et intervention amiable pour le règlement des conflits
  • Assistance devant les juridictions civiles, pénales ou administratives, en défense ou en recours

L’assurance Individuelle accident (IA)

Vous pouvez télécharger un document d’information sur l’assurance individuelle accident, rédigé par notre courtier Air Courtage.

Si vous estimez avoir besoin d’un capital en cas d’invalidité, ou bien vouloir en garantir un à vos proches en cas de décès (par exemple pour couvrir le remboursement de prêts bancaires, ou les indemnités en cas de perte d’emploi consécutive à l’accident…), vous devez souscrire cette assurance spécifique.

Depuis déjà plusieurs années, nous travaillons avec la société AIR COURTAGE.

N’hésitez pas à les contacter pour vérifier votre couverture actuelle et leur soumettre vos problèmes particuliers.